Liens commerciaux
Statistiques
Nous avons 25132 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est alija

Nos membres ont posté un total de 1405912 messages dans 56968 sujets



Les posteurs les plus actifs de la semaine
suerte
 
Peluche
 
tam
 
Savana&edjy
 
Jackson
 
Chabada
 
Educalins
 
ELITEMICHEL
 
Thomas77100
 
Gibelotte
 

Publicités

Chien dépression

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chien dépression

Message  doudoune le Mer 13 Juin 2007, 03:28

Ne riez pas... il peut arriver que nos toutous, qui ne comprennent pas bien notre monde trop "humain", réagissent comme une personne anxieuse, dépressive,... Ce phénomène de stress est bien connu chez les humains aujourd'hui et il fait partie intégrante de notre monde moderne. Mais chez le chien, ce phénomène est aussi présent... Mettez-vous seulement à sa place... Imaginez-vous au milieu d'individus totalement diffèrents morphologiquement et de caractère (et donc de morale!)... Croyez-vous que vous tiendrez le coup? Tout en sachant que vous ne comprenez que très peu le langage de ces individus et que vous ne pouvez vous exprimer comme vous le souhaitez... Par peur de défier leur logique ou même, comportement typiquement humain, de décevoir la personne supérieure de la hiérarchie... Pourtant, on s'attache à dire que le chien est le meilleur ami de l'homme, je ne défierais pas ce dire puisqu'il est plus facile de parler à une personne qui, elle, ne répond pas et donc, ne nous contredira pas! Pour le chien, vous n'êtes pas un ami, mais un supérieur hiérarchique... Bien que dans sa conception de "supérieur" soit totalement diffèrente de la nôtre sur un point: pour le chien, ce supérieur est celui qui aime, et que l'on aime, et qui montre sa tendresse comme son mécontentement! Chez nous, le supérieur est celui à qui nous devons obéir par respect ou logique, un point c'est tout!

1. Ce qui mène vers l'anxiété:

Il existe divers exemples qui mène vers l'anxiété chez le chien et il suffit de peu pour rendre un animal anxieux: coup de tonnerre, pètards, peur d'un passant, examen chez un vétérinaire, internement dans une SPA, isolement, retour de vacances,...
Les chiens réagissent à ce stress par différents moyens: Fuite, tremblement, ronger des ongles, tourner en rond, se figer, regarde inquiet, attaque, se raidir, grognement, urine, vidage des glandes anales, morsure, aboiement, hurlement, destruction, souillure, refus de nourriture, tristesse,...
Ces exemples montrent une réaction à un stress à un environnement perturbant pour le chien. Certains changeront de comportements, d'autres présenteront des problèmes physiques. Ces chiens-là souffrent de craintes, de peur, d'anxiété, de phobie...

La crainte: Un chien qui réagit par crainte adopte une réaction émotionnelle modérée et une réaction comportementale adaptive et efficace: Fuite, évitement, intimidation, ... En fait, le chien craintif fuit et évite le stimulis qui le rend ou l'a déjà rendu nerveux et qu'il croit être dangereux. L'échappement lui permet de conserver un certain équilibre émotionnel. Sa réaction est donc efficace et lui évite une souffrance psychique. Il n'y a donc aucune séquelle à ce genre de réaction. Malgré que le chien se bloque contre ce stimulis, cela n'influence pas ses facultés d'apprentissage. Ce stimulis peut être de différente nature: bruit, personne, voiture, chat, etc.

La peur: Suite à une situation de détresse (agression sans la possibilité de réaction comportementale efficace), le chien présente une réaction organique et, soit un inhibition accompagnée d'activités substitutives, soit une réaction critique (agressivité par peur)... Etant donné que le chien ne sait pas échapper à cette agression, il choisira d'autres réactions comportementales:

- Inhibition: le chien fait le mort... Il adopte une posture de soumission... Une inhibition, par peur peut-être, telle que le chien acceptera sans contrainte les positions auxquelles on le force (catalepsie). Certains cas peuvent devenir graves au point de simuler réellement une paralysie ou une perte de sensibilité lors de l'étude des réflexes neurologiques.
L'inhibition motrice s'accompagne, elle, d'autres comportement: prise d'aliments, de boisson, toilette du poil... Ceci peut provoquer des anorexies (arrêt alimentaire), des adipsies (arrêt de boire) et l'absence du comportement de toilette conduit à des problèmes de peau.

- Activités substitutives (ou de déplacements): elles apparaissent lors de conflit, de stress ou de frustration. Les plus fréquentes sont: la polyphagie (augmentation de l'appétit) conduisant à l'obésité, la polydipsie (augmentation de la soif) ou potomanie et les lésions cutanées lors de lèchages exagérés avec rongement des ongles (onychophagie) et lèchage du pelage (trichotillomanie). Grâce à ses activités, le chien s'évite de souffrir!

- L'agressivité par peur: c'est le cas du chien qui ne peut pas fuir devant une agression réelle ou imaginaire. Dans ce cas, le problème est d'ordre psychiatrique.

- Phobie: c'est une réaction de peur face à un stimulis qui n'est pas en elle-même une agression. Dans le développement des phobies, un des grands responsables est le manque de sociabilisation et d'habituation sensorielle du chien lors de la période critique de 3 semaines à 3 mois. L'autre élément responsable est l'apprentissage à partir d'un stress initial. La phobie s'accompagne de toutes les réactions comportementales et physiques de la peur.

2. Les anxiétés les plus courantes:

Les peurs et phobie du bruit (orage, feux d'artifice, pètard, coups de feu, ...)
Le chien réagira de diffèrentes façons: aboiements, fuite vers un endroit où le bruit s'entend moins, ...
La technique thérapeutique conseillée est une désensibilisation, il existe deux méthodes:
(1) On habitue le chien à des bruits d'intensité croissante (grâce à un magnétophone par exemple) et pendant qu'il prête une attention particulière à autre chose que ce bruit: repas, jeu, etc. Dés que le chien réagit par peur, on diminue le son et augmente progressivement jusqu'à ce que le son soit d'intensité égale au stimulis.
(2) On diminue la sensibilité accoustique du chien par des médicaments spécifiques. On réduit les doses jusq'à ce que le chien ne présente plus aucune peur au bruit stressant.

Anorexie mentale ou psychogène
Elle est souvent due au retour de vacances et de cette perte d'un climat réjouissant ou des changements dans la famille (décès, naissance). Elle s'apparente à une dépression réactionnelle. Inhibition de la locomotion et de l'appétit (anorexie), il existe parfaois d'autres réactions comme le lèchage des pattes et le rongement des ongles.

Anxiété de déritualisation
Un chien s'accoutume à un certain climat, celui de son maître. Ici, nous parlons du placement dans une SPA ou du changement de maître. Il peut se développer (en fait, dans les 2/3 des cas, ce qui est relativement élevé) une anxiété intermittente avec le plus souvent une agressivité par peur, l'anxiété s'accompagnant d'inhibition. Il faut donc, ici, tenter de récupérer les anciens rituels ou en installer de nouveaux

doudoune
Membre
Membre

Féminin Poissons
Messages postés : 15460
Date d'inscription : 17/04/2007
Age : 44
Localisation : dordogne
Mon chien : ma labrador que j'aime
Sport canin ou activité : faire des calins toujours des calins


http://pitchounette1372.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum