Liens commerciaux
Derniers sujets
» Kira une suisse en Normandie !
par Jackson Aujourd'hui à 13:41

» croquette platinum
par Educalins Aujourd'hui à 13:38

» Des enfants et des chiens...
par Dowrine Aujourd'hui à 13:37

» Soan a tout jamais
par mystica Aujourd'hui à 13:22

» chihuahua bêtises
par Manouche Aujourd'hui à 13:07

» problème marche en laisse
par Jackson Aujourd'hui à 12:56

» chiens mâles non castrés
par suerte Aujourd'hui à 12:40

» Janeiro du Clos de la Chevardière, le grisou
par The_Nomad Aujourd'hui à 12:11

» Salutations au membres du Forum !
par Jackson Aujourd'hui à 11:08

» Le chiot craintif
par leturlupin Aujourd'hui à 09:47

» Nana la whip.
par Lou d'Arabie Aujourd'hui à 09:02

» Ma meute, baignade, balade ...
par tam Aujourd'hui à 08:59

Statistiques
Nous avons 25192 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Carn

Nos membres ont posté un total de 1406698 messages dans 57011 sujets



Les posteurs les plus actifs de la semaine
Savana&edjy
 
Jackson
 
suerte
 
Enitit
 
Dowrine
 
Chabada
 
Gibelotte
 
Educalins
 
Geene
 
tam
 

Publicités

réflexions à propos du TAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

réflexions à propos du TAN

Message  novolaf le Lun 29 Oct 2012, 20:49



Voici quelques réflexions, confuses, j’en conviens, à propos d’une « anomalie » cynophile (à mes yeux), le TAN (Test d’Aptitudes Naturelles).

Extraits de mes cogitations :


L’homéostasie sensorielle (capacité d’adapter son comportement face à une variation de l’environnement et d’avoir une réponse adaptée et proportionnée) ne s'apprend pas.
Si le chien s’est correctement développé cérébralement, il l’aura. Le tout étant de mesurer cette capacité objectivement et les tests ou mesures actuelles me semblent très moyennement fiables, en tout cas perfectibles.

Un seul et même TAN avec des interprétations races par races, en fonction des vocations particulières.
Un chien indifférent à un parapluie qui se déclenche devant son museau :soit il a été préparé, soit ses aptitudes à survivre sont altérées (imaginez un chien immobile malgré un camion lancé sur lui !). Un évitement proportionné me paraît être la bonne réponse. En ce cas, c’est l’intensité de l’évitement qu’il convient d’apprécier.
Mais une confirmation plus complexe pourrait peut-être rendre le TAN obsolète.

A mon sens l’objectif du TAN doit être de vérifier que le développement cérébral est correct en observant les capacités d’adaptation, donc d’apprentissage.
Idéalement, je verrais d’un bon œil son déroulement en milieu urbain.
Vous me direz que les chiens urbains seront avantagés !
D’abord il me semblerait bon que tous chiens y baignent de temps en temps, y compris les plus ruraux d’entre eux. Ensuite, les y voir évoluer indiquerait objectivement leur capacité à s’adapter contre nature et leur souplesse, bref leur bon équilibre et leur bon développement sensoriel.
Bien sûr, l’interprétation de leur évolution tiendrait compte de leur mode de vie quotidien.
Il m’arrive souvent de « convoquer » en ville des chiens exclusivement ruraux, et pour faire simple, je remarque deux types de réactions : grande curiosité ou peur panique. Les premiers sont correctement développés, les seconds, non.
De même, un chien citadin qui présente (pourtant dans son élément) des comportements d’évitements anormalement prononcés, me paraît présenter un déficit du développement sensoriel et (ou) atteint de névroses types syndrome de privation, le rendant inapte aux apprentissages complexes.

Pedigree et TAN doivent et peuvent être complémentaires : Confirmation, pour juger des caractéristiques transmissibles génétiquement (les particularités raciales comme l’agilité, l’endurance etc. sont sensées être garanties par l’obtention du pedigree si chaque standard est bien défini, et si les examens de confirmation sérieusement réalisés) et TAN pour juger et valider ou non le bon développement post natal (qui permettra le travail), relativement indépendant des transmissions héréditaires.



Au TAN, pourrait s’ajouter le « TAT » (test d’aptitudes au travail), car en l’état, et pour bien juger de ces dernières, le TAN me semble insuffisant, en tout cas incomplet.
Si le développement cérébral est réalisé (donc la socialisation au sens éthologique), il n’en demeure pas moins que les aptitudes naturelles peuvent différer énormément en fonction du caractère propre à chaque chien. Et ces différences, particularités, doivent orienter les objectifs de dressage.
J’ai eu un BA dont la nature était incompatible avec une éducation de garde et défense, il a fait un pisteur hors pair. J’ai eu l’inverse aussi… ainsi que des polyvalents. S’acharner à former contre nature et ne pas avoir de résultats, ne doit pas conduire à estimer inapte au travail le chien, mais conduire à rechercher sa discipline.
Des tests simples (pourquoi s’encombrer de barèmes quand le bon sens suffit) peuvent aider à bien orienter le chien. Un chien bien socialisé, doit être à l’aise ou neutre, ou modérément méfiant en face d’inconnus normaux, mais devant ces mêmes inconnus pris de folie subite (cris, gesticulations folles etc.), il n’y a pas qu’une réaction saine. La fuite, indiquera plus un pisteur qu’un cerbère, et la menace, plus un cerbère qu’un pisteur etc.
Pour récapituler, les critères à remplir (pour les chiens LOF bien sûr), pour intégrer une formation utilitaire, devraient être :
Pedigree (garantie d’aptitude physique).
TAN (garantie d’aptitude psychique) .
TAT (spécificité du chien).


A priori et grosso modo, confirmation + TAN = Bonitation (équivalent tchèque du TAN), avec à mon sens la même faille : la juste évaluation des caractères comportementaux transmissibles.
Je cite un extrait de l’article « bonitation » : « Pour le propriétaire cela permet de détecter des défauts de caractère et de les corriger avant la "bonitation", qui est la sélection pour la reproduction. »
Où est le caractère transmissible génétiquement s’il est servi préparé et cuisiné aux petits oignons ?Me dira t-on.
Réponse : Dans sa capacité à permettre un bon plat (un peu comme de bons légumes font de bonnes soupes).

En effet, s’il (le chien) est modifiable (apte à la malléabilité), il est correctement développé… (sinon je suis en contradiction avec moi-même).
Et par conséquent la « préparation » n’est plus critiquable puisqu’il est « préparable », donc correctement développé…donc génétiquement bon puisque apte à se bien développer…

« Comment peut-on tester les aptitudes naturelles d'un chien en l'entraînant ? »
...en entendant par capacités naturelles : qui permettent l’entraînement et le rendent fructueux. Dans cet esprit, elles sont synonymes de développement cérébral achevé.
Etc.

Pour conclure je dirai que vouloir voir dans le TAN un moyen de lire les traits comportementaux transmissibles, c’est à dire une recherche des caractères innés aux fins de sélections, est irréaliste puisque ceux-ci sont maquillables. Tout au plus il permet en l’état de valider le bon développement cérébral. Mais un mauvais développement devrait sauter aux yeux dès la confirmation, et par conséquent rendre caduque le TAN.
Dans cette optique (recherche des caractères innés), une évaluation précoce chez l’éleveur (5 ème semaine), avant que les acquis n’influencent trop les caractères innés (c’est à dire transmissibles), ne serait-elle pas plus judicieuse ?
En effet, et même si les conditions d’élevage et les comportements maternels influent également, il me semble que les mesurer sitôt qu’ils sont mesurables est moins aléatoire que si du temps a passé…
Enfin, si son but est ailleurs, par exemple dans l’évaluation du caractère acquis (et dans ce cas « aptitudes naturelles » est inapproprié), y voir un critère majeur de sélection me paraît discutable.

Perrotdog (novolaf)




novolaf
Nouveau membre
Nouveau membre

Masculin Sagittaire
Messages postés : 8
Date d'inscription : 25/10/2012
Age : 56
Localisation : provence
Sport canin ou activité : éducation, dressage, comportementalisme


http://www.comportementaliste-educateur-canin.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: réflexions à propos du TAN

Message  Biddy le Lun 29 Oct 2012, 20:59

Juste une précision pour certaines races le TAN est déjà l'équivalent de ce que tu proposes sous forme de TAT.
Je parle par exemple pour les chiens de chasse, le TAN est basé sur une "épreuve de travail" (aptitude naturelle du chien façe au gibier, ce pour quoi il a été créé).

Biddy
Membre
Membre

Féminin Poissons
Messages postés : 182
Date d'inscription : 18/07/2011
Age : 31
Localisation : 77
Mon chien : Epagneul Breton

Revenir en haut Aller en bas

Re: réflexions à propos du TAN

Message  chloé83 le Lun 29 Oct 2012, 21:09

ouf la prise de tête...je comprend pas le but ...tan aptitudes naturelles maintenant elles sont plus naturelles pour beaucoup de races puisque il y a deux notions beauté ou travail

chloé83
Membre
Membre

Féminin Verseau
Messages postés : 1696
Date d'inscription : 07/12/2008
Age : 56
Localisation : mons var 83
Mon chien : chloé, théo argos idyllle

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum