Liens commerciaux
Derniers sujets
» Nouvelle venue
par Jackson Aujourd'hui à 16:20

» Trafic de chiens, et animaux de rente
par RELA Aujourd'hui à 16:20

» Solo & Border Collie
par Jackson Aujourd'hui à 16:19

» Mes Princesses disparues....:(
par ELITEMICHEL Aujourd'hui à 16:17

» Liste des croquettes de qualité vendus en france
par Jackson Aujourd'hui à 16:08

» Mapple Illuyankas, berger australien
par MargauxEdan Aujourd'hui à 15:34

» chienne + chien
par suerte Aujourd'hui à 14:59

» London, notre boxer
par Dellen Aujourd'hui à 14:30

» TINA ET PATTES ARRIERES DEFAILLANTES dois je consulter un second veto
par didou752 Aujourd'hui à 14:02

» Exercices de proprioception
par aiwenne Aujourd'hui à 13:45

» Le petit monde d'un boxer
par FantoNco Aujourd'hui à 13:22

» Experimentations sur des chiens la face cachée du téléthon
par Gibelotte Aujourd'hui à 13:20

Statistiques
Nous avons 25185 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est adad253

Nos membres ont posté un total de 1406351 messages dans 56989 sujets



Les posteurs les plus actifs de la semaine
Savana&edjy
 
Jackson
 
Enitit
 
suerte
 
Chabada
 
Dowrine
 
Daerka11
 
Geene
 
Gibelotte
 
Lilie
 

Publicités

La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  scot25110 le Dim 14 Oct 2012, 22:02

Le débat que je me permets de lancer par le biais de ce nouveau post est contenu dans le titre.
Assistant social de profession, loins de moi l'idée de pointer du doigts les trop nombreuses personnes précarisées par notre socièté de la performance de plus en plus individualiste et dont l'isolement social et la misère affective conduisent à surinvestir affectivement leur chien.

Mais j'en ai marre, par exemple, des annonces de portées comportant les mots "les bébés, le papa, la maman, les grands-parents..." avec photos des "garçons" et photos des "filles". A mon sens, ces mots n'ont pas lieu d'être lorsqu'on parle de chien.

On trouve facilement à lire sur le net des mémoires de fin d'études d'élèves-vétérinaires très intéressants à lire sur ce sujet.

Cette dérive est-elle propre à notre beau pays dont le nombre de chiens par habitants est le plus élevé du monde derrière les Etats-Unis?

Je remarque aussi que cela ne concerne pas que les races du groupe 9 dont l'augmentation du nombre de naissances (Lof et non Lof) est exponentiele (jusqu'à 50% en 10 ans).
Qu'en pensez-vous ?

Merci.

scot25110
Membre
Membre

Masculin Capricorne
Messages postés : 93
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 41
Localisation : Baume-les-Dames (Doubs 25)
Mon chien : Ischka (Deerhound) Gino (Boxer)
Sport canin ou activité : câlins & balades


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Invité le Dim 14 Oct 2012, 22:24

scot25110 a écrit:
Cette dérive est-elle propre à notre beau pays dont le nombre de chiens par habitants est le plus élevé du monde derrière les Etats-Unis?
J'ai lu une étude il y a quelques temps sur l'éducation canine en Europe et en France peu de propriétaires disent vouloir partager une activité avec son chien (de mémoire à peine 30%), contrairement aux pays d'Europe du nord (plus de 70%).

En France le chien est majoritairement utilisé comme animal de compagnie, ce qui est une des causes des multiples problèmes de comportement rencontrés - l'éducation canine n'est pas un réflexe - et ce qui pousse aussi à l'anthropomorphisme :o)

Il ne faut pas oublier qu'il y a tout un marché derrière cet anthropomorphisme : habillement, pension de luxe, toilettage, objets divers...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Smellycoco le Lun 15 Oct 2012, 04:02

Je pense qu'au Japon, c'est pas mal non plus! Mdr

Perso, utiliser des termes comme bébés, le papa, la maman, ça me choque pas du tout, ça relève d'un langage affectif vis-à-vis de ses chiots (et est-ce qu'il est spécifié qque part que le mot "bébé" doit être réservé à l'être humain? Les chiots sont des bébés, on utilise bien le terme nouveau-né, pourquoi pas bébé?)

L'anthropomorphisme se situe plus dans les pensées qu'on prête à son chien "il me boude quand je le laisse seul, il fait la tête, il est jaloux de mes amis", etc etc..., qui montre une réelle méconnaissance du chien et toutes les incompréhensions dans les interactions qui en découlent.
C'est beaucoup plus embêtant.

Comme penser que Trésor va avoir froid en hiver, il lui faut un joi manteau....

J'appelle mon chien "mon bébé" dans l'intimité, ma chienne "ma fifille", c'est pas pour ça que je les considère comme mes enfants, ils ont (je pense) une vie de chien équilibrée, à leur place.
Dans nos sociétés, c'est vrai qu'on surinvestit le chien emotionnellement, en ville on n'en a plus besoin de façon utilitaire, on lui demande juste de vivre avec nous, d'etre un compagnon, un ami, qu'on infantilise même involontairement, et c'est pour ça que plein de chiens restent "juvéniles" toute leur vie, ne deviennent jamais adultes dans leur tête.

Smellycoco
Membre
Membre

Féminin Lion
Messages postés : 7198
Date d'inscription : 08/10/2012
Age : 32
Localisation : Indre
Mon chien : Malcolm dogue allemand, Athos lhassa apso et Oscar le sangliours, et 3 greffiers Rajah, Willow et Poppy
Sport canin ou activité : Apprendre à se comprendre et c'est déjà pas mal


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Kisara le Lun 15 Oct 2012, 05:02

Les écarts de vocabulaire ne me choquent pas non plus... Y a bien des geeks qui appellent leur ordi "bébé"

Par contre voir des chiens avec des bigoudis, petits noeuds et volants partout oui je trouve ça dangereux... Sans parler des chiens qui mangent carrément à table !

Néanmoins toutes les explications sont déjà sorties, les gens sont seuls et opprimés, ils ont besoin du chiens pour retrouver des sentiments humains qu'ils ne trouvent pas (la compassion, l'estime, la confiance...)

Pour les asiatiques, vu que c'est évoqué plus haut, c'est bien pire.
Elever un enfant en Asie est une source de stress que je pense un européen ne peut même pas s'imaginer.Tu n'es plus toi, salarié ou autre, tu es avant tout parent, et c'est ton devoir que ton enfant réussisse.
L'école est payante et très chère (là je parle plus pour la Corée que je connais mieux) et l'école en elle-même ne suffit pas, dès la fin du collège il faut payer des cours du soir (jusqu'à minuit!) tous les jours à ses enfants pour qu'ils soient premiers dans toutes les matières, réussissent les concours des meilleures universités ce qui leur garanti un bon boulot plus tard.

Avoir un enfant en Asie c'est carrément un investissement à long terme... Ce qui explique que de plus en plus de gens y renoncent, que le taux de fécondité dégringole et que celui des adoptions animales par contre se porte bien...

Notre société a ses fléaux du nouveau siècle.

Kisara
Membre
Membre

Féminin Bélier
Messages postés : 2080
Date d'inscription : 04/10/2012
Age : 28
Localisation : Amiens
Mon chien : Yummy (pomeranian) et Goupix (lapinkoira)
Sport canin ou activité : Agility et obérythmée en compétition, canicross en loisir


http://kisainkorea.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Invité le Lun 15 Oct 2012, 05:50

Pas trop le temps la, mais ce n'est pas parce qu'on donne des surnoms "humain" à son chien que l'on fait de l'anthropomorphisme...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Ambre222 le Lun 15 Oct 2012, 08:00

Je suis d'accord avec ce qui a été dit, les petits surnoms sentimentaux ne me choque pas. J'appelle mon chien mon bébé mais je ne le considère pas comme un enfant.

C'est plutôt la vision qu'on les gens de leur chien qu'il faut voir il me semble. J'ai une amie qui "élève" son chien comme un véritable enfant, pyjama tout les soirs, le chien dort dans un lit pour bébé et il a toujours son assiette, chez elle comme au resto, elle le sort en poussette... là oui ça me choque... je trouve ça vraiment malsain.

Ambre222
Membre
Membre

Féminin Gémeaux
Messages postés : 203
Date d'inscription : 31/05/2012
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Invité le Lun 15 Oct 2012, 08:09

Bon ben la puce, je la nomme ma fi-fille, et j'ai 3 enfants et une petite fille Mdr

Mes deux gones, ce sont mes Bébés, et j'habite très près du plus grand hôpital psy de Lyon, qui m'emmène ??? Mdr


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Kass le Lun 15 Oct 2012, 08:45

Grand pere, c'est quand même plus pratique que "Géniteur de la génitrice de mon chien"

Bien sur on pourrait raccourcir en parlant du géniteur de la mère de mon chien (comment ça ? qui a dit Bug ??? Smile ) mais je rappelle également qu'en biologie on parle de cellule mere et de cellule fille qu'en économie on parle de maison mère, etc. etc.

Bref, j'y vois plus un raccourci linguistique pratique que de l'anthropomorphisme "pervers"...

Kass
Membre
Membre

Masculin Capricorne
Messages postés : 3045
Date d'inscription : 26/06/2011
Age : 50
Localisation : PARIS - VOSGES - AQUITAINE
Mon chien : J'ai pas de chien, mais un maitre
Sport canin ou activité : A yé, j'ai commencé à entrainer mon maitre: Obeissance, pistage et mordant...


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  fab le Lun 15 Oct 2012, 08:57

En lisant le poste de l'auteur, je pense surtout aux annonces réellement antropomorphiques qui font parler les chiots ou chien, genre je cherche une gentille maman pour les 15 prochaines années qui saura me consacrer tout le temps dont j'ai besoin ! On ne voit ici que le chien enfant et non plus l'animal de compagnie qui a une véritable fonction de compagnie et aussi - excusez-moi - un rôle, une fonction, à remplir dans la famille.
J'élève une race "poupée". Vous ne vous imaginez pas ce que je peux voir comme relation homme/chien avec le spitz. C'est aussi pour ça que je réagis souvent un peu vite quand je lis certains postes à ce sujet. Mais une bonne majorité des proprios de loulous ont choisi ce chien pour le coté poussette/coiffure/sac à main/popo dans une caisse. Le chien n'est plus un chien, c'est une poupée/enfant. Faire une activité avec ? Mais vous vivez sur quelle planète ? Moi déjà, je fais de l'obé, je passe pour une tarée.. Un spitz en obé.... Le pauvre ! Au bout du compte, ce sont les gens qui ont ces "peluches" et qui s'en occupent en leur donnant l'éducation dont un chien a besoin qui passent pour des êtres anormaux.

Oui j'ai un chien que j'appelle bébé ! Mais ce chien, ça n'est pas un gosse ! Il va en club fait ses compet d'obé, et si il représente tellement pour moi, je suis très loin de l'humaniser. Aimer un chien, c'est avant tout répondre à ses besoins de chiens, il répondra ensuite à nos besoins d'affection.

Alors oui souvent les termes sont agaçants mais pas forcément révélateurs. C'est plus la tournure de phrase des annonces et la façon dont le chien est réellement traité qui m'affole.

fab
Membre
Membre

Féminin Taureau
Messages postés : 6127
Date d'inscription : 22/05/2008
Age : 37
Mon chien : Des Spitz allemands
Sport canin ou activité : expos canines, obéissance, agility


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Ambre222 le Lun 15 Oct 2012, 09:21

C'est devenu un idée reçu bien ancrée dans les mentalités aujourd'hui. Je ne fais pas de généralité mais si on prend les majorités, pour les proprios de grands chiens, les petits chien sont directement classés dans la catégorie chien chien à sa mèmère, le "bébé" qui n'a aucune éducation et qu'on prend pour une poupée. Pour ceux qui ont des petits chiens qu'il traitent réellement comme des gosses, les autres petits chien sont des malheureux...

Encore l'autre jour dans un parc, petite séance d'éducation, un gars passe avec un BA en rigolant "qu'elle idée d'avoir un chien comme ça..." et une mamie qui se demandait d’où venait le bruit du cliker m'a clairement dit que j'embêtais mon chien, et qu'il serait mieux bien au chaud à la maison car le froid arrive... du coup... Sad

Ambre222
Membre
Membre

Féminin Gémeaux
Messages postés : 203
Date d'inscription : 31/05/2012
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Kisara le Lun 15 Oct 2012, 09:25

stocky a écrit:Bon ben la puce, je la nomme ma fi-fille, et j'ai 3 enfants et une petite fille Mdr

Mes deux gones, ce sont mes Bébés, et j'habite très près du plus grand hôpital psy de Lyon, qui m'emmène ??? Mdr


Ma mère est psychologue et considère notre chienne comme un membre de la famille ! Smile Elle fait partie du budget commission, on essaye de l'emmener avec nous quand on peut, on la présente à nos amis, on arrange nos vacances pour pouvoir l'emmener...

Après ça s'arrête là, la relation est très complice autant au quotidien qu'en sport canin, mais la chienne sait très bien où est sa place, c'est un chien, ça reste un chien.

Kisara
Membre
Membre

Féminin Bélier
Messages postés : 2080
Date d'inscription : 04/10/2012
Age : 28
Localisation : Amiens
Mon chien : Yummy (pomeranian) et Goupix (lapinkoira)
Sport canin ou activité : Agility et obérythmée en compétition, canicross en loisir


http://kisainkorea.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Smellycoco le Lun 15 Oct 2012, 09:29

Je savais pas que les Spitz étaient des poupées, le nain de ma grand-mère alors, c'était la poupée Chucky.... Mdr
On a vécu l'enfer avec lui, un vrai psychopathe..... Bon de notre faute à nous, certainement.
Je connais pas bien la race, mais je les vois plus comme des chiens à fort tempérament, rustiques, pas des petites poupées qu'on coiffe et qu'on habille!
Je suis bien d'accord avec toi, on rend son chien heureux quand on respecte ses besoins de chien!
Un chihuahua demande qu'à courir, pas d'être porté ou en poussette toute la journée!
C'est une forme de maltraitance pour moi...

Mon Lhassa, il a pas la plus belle fourrure du monde, mais il se baigne tous les jours (c'est un obsédé de l'eau, jamais vu ça!), il court 2h/j, se roule dans l'herbe.... Pas vraiment le petit chien de salon!
Ma veto l'autre jour m'a dit "il est hyper musclé, j'ai jamais senti des cuisses aussi grosses chez un Lhassa!"
Pouvait pas me faire plus grand compliment! Smile

Smellycoco
Membre
Membre

Féminin Lion
Messages postés : 7198
Date d'inscription : 08/10/2012
Age : 32
Localisation : Indre
Mon chien : Malcolm dogue allemand, Athos lhassa apso et Oscar le sangliours, et 3 greffiers Rajah, Willow et Poppy
Sport canin ou activité : Apprendre à se comprendre et c'est déjà pas mal


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Ambre222 le Lun 15 Oct 2012, 09:32

Faire en sorte que son chien reste seul le moins possible, l'emmener avec nous quand on le peut, l'emmener en vacances etc, ce n'est pas faire de l'anthropomorphisme, c'est même plutôt cool. Smile
Je considère aussi mon chien comme un membre de ma famille, mais un membre chien, pas un humain.

Ambre222
Membre
Membre

Féminin Gémeaux
Messages postés : 203
Date d'inscription : 31/05/2012
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  adramalech le Lun 15 Oct 2012, 09:40

Je suppose que l'augmentation énorme de la proportion de citadins dans la population, l'exode rural, l'industrialisation de l'agriculture qui cache dans des entrepôts ce qui était visible par tous dès le plus jeune âge et rend superflue l'utilisation d'auxiliaires tels que les chiens (même si cela existe encore nous sommes d'accord), sont aussi des éléments d'explication à cette généralisation de l'anthropomorphisme.

Il y a une grosse part de la population qui n'a simplement jamais vu un animal autre qu'un chien ou un chat (ou un pigeon), et qui, n'ayant même jamais vécu avec un animal de compagnie, ou vu quelqu'un vivre avec de façon "normale" (le chien est un chien), ne sait pas ce qu'est un animal, et ne se rend pas compte qu'il faut appliquer un autre référentiel que celui de l'humain pour comprendre ces espèces différentes.

Bien des adultes sont encore comme de petits enfants, qui spontanément vont appliquer à tout ce qu'ils voient le modèle qu'ils connaissent le mieux. Ainsi souvent, si on se balade avec deux chiens ressemblants (même de loin), un petit et l'autre gros, on va avoir droit à moult "oh, c'est la maman et le bébé !".

Je pense qu'on ne peut pas se détacher entièrement d'un certain anthropomorphisme, à moins de savoir devenir un chien soi même, mais par l'apprentissage, on peut limiter cela. Comprendre comment fonctionne un animal, ce n'est pas inné, et pas qu'une question de bon sens, à mon avis.

adramalech
Membre
Membre

Féminin Lion
Messages postés : 6017
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
Localisation : Yvelines (78)
Mon chien : Jack, croisé Setter irlandais / Asticot
Sport canin ou activité : Education, balades


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Invité le Lun 15 Oct 2012, 09:41

fab a écrit:En lisant le poste de l'auteur, je pense surtout aux annonces réellement antropomorphiques qui font parler les chiots ou chien, genre je cherche une gentille maman pour les 15 prochaines années qui saura me consacrer tout le temps dont j'ai besoin ! On ne voit ici que le chien enfant et non plus l'animal de compagnie qui a une véritable fonction de compagnie et aussi - excusez-moi - un rôle, une fonction, à remplir dans la famille.
J'élève une race "poupée". Vous ne vous imaginez pas ce que je peux voir comme relation homme/chien avec le spitz. C'est aussi pour ça que je réagis souvent un peu vite quand je lis certains postes à ce sujet. Mais une bonne majorité des proprios de loulous ont choisi ce chien pour le coté poussette/coiffure/sac à main/popo dans une caisse. Le chien n'est plus un chien, c'est une poupée/enfant. Faire une activité avec ? Mais vous vivez sur quelle planète ? Moi déjà, je fais de l'obé, je passe pour une tarée.. Un spitz en obé.... Le pauvre ! Au bout du compte, ce sont les gens qui ont ces "peluches" et qui s'en occupent en leur donnant l'éducation dont un chien a besoin qui passent pour des êtres anormaux.

Oui j'ai un chien que j'appelle bébé ! Mais ce chien, ça n'est pas un gosse ! Il va en club fait ses compet d'obé, et si il représente tellement pour moi, je suis très loin de l'humaniser. Aimer un chien, c'est avant tout répondre à ses besoins de chiens, il répondra ensuite à nos besoins d'affection.

Alors oui souvent les termes sont agaçants mais pas forcément révélateurs. C'est plus la tournure de phrase des annonces et la façon dont le chien est réellement traité qui m'affole.

Je reprends ton post Fab ......

Mais sur les sites d'annonces genre le BC , c'est pas pour "vendre" mieux ses chiots, saillies et autres ???

Cela fait tout de suite celui qui aime sa chienne et a eu de bo BB il nous fera peut être le grand honneur de nous en vendre un .....

Enfin pour les annonces de vente, c'est ainsi que j'y vois .......

Pour mon post précédents, OUI je sais très bien où sont les places de mes chiens Very Happy , je fais même une GROSSE différence entre humains et chiots (ceux qui me connaissent ici le savent ...)

Sinon c'est grave docteur ??? j’appelais une de mes filles "mon crapaud" car BB elle avait une drôle de façon de dormir Suspect

L'est où l'asiiiiiiiiiiiiiiiiiile Mdr

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Invité le Lun 15 Oct 2012, 09:45

adramalech a écrit:Je suppose que l'augmentation énorme de la proportion de citadins dans la population, l'exode rural, l'industrialisation de l'agriculture qui cache dans des entrepôts ce qui était visible par tous dès le plus jeune âge et rend superflue l'utilisation d'auxiliaires tels que les chiens (même si cela existe encore nous sommes d'accord), sont aussi des éléments d'explication à cette généralisation de l'anthropomorphisme.


Je reprends cette partie du post, car effectivement cela joue beaucoup .......

Un exemple lié aux légumes ........ Quelle ne fut pas la "colère" de mon mari le jour où une de mes filles a répondu à un questionnaire demandant où poussaient les pommes de terre, celle ci ayant répondu ....... A carrefxxxr Laughing

Sachant qu'il était fils d'agriculteur Boutons

Je sais pas si c'est un HS ou non ????

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  adramalech le Lun 15 Oct 2012, 09:50

Je ne trouve pas que ce soit un HS, c'est une anecdote qui illustre tout à fait ce que je voulais dire. et que dire des "poissons carrés avec les yeux dans les coins" ? Smile

adramalech
Membre
Membre

Féminin Lion
Messages postés : 6017
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
Localisation : Yvelines (78)
Mon chien : Jack, croisé Setter irlandais / Asticot
Sport canin ou activité : Education, balades


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Invité le Lun 15 Oct 2012, 09:52

A toi aussi tu appelles le poisson pané le poisson avec les yeux dans les coins ??? Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  adramalech le Lun 15 Oct 2012, 09:56

voui Smile c'est du Coluche non ? (bon là par contre on est HS Mdr )

adramalech
Membre
Membre

Féminin Lion
Messages postés : 6017
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
Localisation : Yvelines (78)
Mon chien : Jack, croisé Setter irlandais / Asticot
Sport canin ou activité : Education, balades


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Invité le Lun 15 Oct 2012, 10:01

adramalech a écrit:voui Smile c'est du Coluche non ? (bon là par contre on est HS Mdr )

Oui Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Celia56 le Lun 15 Oct 2012, 10:03

Les termes : bébé, fifille etc... ne me choque pas non plus. Je les utilise pour mes chiens. Il m'arrive aussi de les habiller avec manteaux ou parfois robes un peu kitch. Mais je suis aussi réaliste, mes chiennes marchent toutes seules par terre, ils ont leur place de chien chien. Même si ils sont considérés comme membre de la famille.

Par contre ce qui me gêne, ce sont les personnes qui ne veulent pas faire castrer ou stéréliser leur chien car la miss a besoin d'être mère et le mâle est un mâle et donc on peut pas le castrer, ca reviendrait à faire castrer le propriétaire.

J'ai un couple d'ami qui a 2 mâle non castrés qui se battent de temps en temps, la femme veut bien les faire castrer mais pas monsieur car ce sont des mâââââles vous comprenez ^^

Celia56
Membre
Membre

Féminin Cancer
Messages postés : 318
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 27
Localisation : Inguiniel, Bretagne (56)
Mon chien : 5 Pinschers nains & 2 caniches moyens

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Kass le Lun 15 Oct 2012, 10:09

L‘anthropomorphisme est un phénomène qui a toujours existé et qui est même à la base de la plupart des religions, animistes en premier lieu avec la personnification des éléments naturels, mais aussi des grandes religions monothéistes ensuite. C’est aussi une manière qu’a l’humain de se rassurer en s’intégrant au(x) phénomène(s) qui lui fait/font peur, en les humanisant de fait (pas par hasard que cette expression a ce sens).

Dans l’anthropotruc il peut donc ne pas y avoir que de la « gagatisation » mais aussi une manière de se rassurer. Et de ce point de vue, l’augmentation actuelle du phénomène (si elle est avérée) n’est peut être qu’un autre reflet de l’insécurité ambiante (y inclus l’incertitude liée à l’accroissement d’une sensation de vide intérieur chez certaines personnes).

Bref… Vaste sujet.

Kass
Membre
Membre

Masculin Capricorne
Messages postés : 3045
Date d'inscription : 26/06/2011
Age : 50
Localisation : PARIS - VOSGES - AQUITAINE
Mon chien : J'ai pas de chien, mais un maitre
Sport canin ou activité : A yé, j'ai commencé à entrainer mon maitre: Obeissance, pistage et mordant...


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Kass le Lun 15 Oct 2012, 10:22

Celia56 a écrit:Les termes : bébé, fifille etc... ne me choque pas non plus. Je les utilise pour mes chiens. Il m'arrive aussi de les habiller avec manteaux ou parfois robes un peu kitch. Mais je suis aussi réaliste, mes chiennes marchent toutes seules par terre, ils ont leur place de chien chien. Même si ils sont considérés comme membre de la famille.

Comme quoi chacun à sa propre notion de seuil Wink

Celia56 a écrit:Par contre ce qui me gêne, ce sont les personnes qui ne veulent pas faire castrer ou stériliser leur chien car la miss a besoin d'être mère et le mâle est un mâle et donc on peut pas le castrer, ca reviendrait à faire castrer le propriétaire.

J'ai un couple d'ami qui a 2 mâle non castrés qui se battent de temps en temps, la femme veut bien les faire castrer mais pas monsieur car ce sont des mâââââles vous comprenez ^^

Mon seuil à moi, par contre est d'être en effet contre la castration ou la stérilisation pour des raisons autres que médicales. Parce que bien souvent j'ai l'impression qu'il s'agit plus d'une intervention de confort pour les maîtres que d'une nécessité ou d'une utilité pour l'animal. Je préfère donc m'astreindre à un certain inconfort et une attention supplémentaire plutôt que de "modifier" mes chiens...

Kass
Membre
Membre

Masculin Capricorne
Messages postés : 3045
Date d'inscription : 26/06/2011
Age : 50
Localisation : PARIS - VOSGES - AQUITAINE
Mon chien : J'ai pas de chien, mais un maitre
Sport canin ou activité : A yé, j'ai commencé à entrainer mon maitre: Obeissance, pistage et mordant...


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dérive anthropomorphique de la relation homme/chien en France

Message  Invité le Lun 15 Oct 2012, 10:24

Kass a écrit:
Mon seuil à moi, par contre est d'être en effet contre la castration ou la stérilisation pour des raisons autres que médicales. Parce que bien souvent j'ai l'impression qu'il s'agit plus d'une intervention de confort pour les maîtres que d'une nécessité ou d'une utilité pour l'animal.

Pareil ........ Mais là obligée , pour la sécurité de tous ...... No

Pis j'avoue être suivie par tous les mâles du quartier c'est sympa aussi Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum