Liens commerciaux
Statistiques
Nous avons 25199 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est JohnCenaWifiGod

Nos membres ont posté un total de 1406763 messages dans 57019 sujets



Les posteurs les plus actifs de la semaine
Savana&edjy
 
Jackson
 
suerte
 
Enitit
 
Dowrine
 
Chabada
 
Educalins
 
Gibelotte
 
Geene
 
tam
 

Publicités

Morsures de chiens : le flou des statistiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Morsures de chiens : le flou des statistiques

Message  doudoune le Mer 18 Juil 2012, 14:04

Régulièrement, des faits divers relatent des accidents mettant en cause des chiens. Toutefois, les statistiques des morsures en France restent imprécises malgré le caractère obligatoire de leur déclaration.

Tous les accidents que l'on peut déplorer LE et mettant en cause des chiens n'impliquent pas ceux dits dangereux, tels que définis par la loi de janvier 1999.

Tout d'abord, pour ces chiens classés en première et deuxième catégorie par le législateur, ils ne concerneraient que 3% de la population canine française.

Ensuite, il ressort d'une étude statistique menée par le Collectif 4C pour la défense de ce type d'animaux et pratiquée sur près de 750 chiens dits «dangereux» - et donc soumis à l'évaluation comportementale obligatoire imposée par la loi - que les deux catégories de chiens concernées, au vu des résultats des évaluations, ne présentaient pas de risque de dangerosité (hormis ceux inhérents à l'espèce canine) ou un risque de dangerosité faible dans 98% des cas.

Dangerosité et races: l'amalgame
Tous les experts s'accordent à dire que n'importe quel chien peu être dangereux. Le Dr Claude Béata, vétérinaire comportementaliste, membre du Collège européen des vétérinaires comportementalistes et président de Zoopsy, l'a rappelé lors d'une conférence sur le thème «Le chien citadin citoyen: l'importance du rôle conseil des vétérinaires auprès des collectivités locales» (Marseille, 27 octobre 2009): «Des chiens dits dangereux ont été mis dans des cases sans qu'aucune étude scientifique ne démontre le lien entre race et comportement. (…) La dangerosité d'un chien n'est en aucun cas à corréler à la race à laquelle il appartient mais à sa lignée, sa socialisation, son éducation, ses relations dans le foyer.»

Selon lui, «le labrador et le berger allemand sont les chiens les plus mordeurs, non pas parce qu'ils sont plus dangereux mais parce qu'ils sont tout simplement les plus nombreux parmi les 7,8 millions de compagnons dans l'Hexagone».

En cas de morsure, c'est l'assurance responsabilité civile du maître du chien responsable de l'accident qui rembourse alors les dommages. Si les blessures concernent un autre animal (chien ou chat) et que celui-ci dispose d'une couverture santé (assurance santé animale), les frais vétérinaires seront alors remboursés le cas échéant. Mais l'assureur de l'animal victime peut demander à son tour remboursement auprès de l'assurance responsabilité civile du maître dont le chien est en cause.

Toute morsure d'un humain imputable à n'importe quel chien - quels que soient la race ou le type auquel il appartient, dit «dangereux» ou non - devrait faire l'objet de deux obligations: une surveillance sanitaire de 15 jours chez un vétérinaire (en trois visites), qu'il soit ou non vacciné contre la rage. Et, depuis janvier 2008, une évaluation comportementale auprès d'un vétérinaire agréé suivie d'une déclaration auprès de la mairie du lieu de résidence.

Des données loin d'être exhaustives
Le problème demeure qu'en fonction de la gravité, et/ou des circonstances il n'y a pas systématiquement déclaration d'accident, hospitalisation ou soins médicaux.

Les statistiques des morsures en France sont donc loin d'être exhaustives. Selon chiffres publiés par le Centre de Documentation et d'Information de l'Assurance, quelque 500.000 personnes seraient chaque année en France victimes de morsures (parmi celles-ci, 60.000 nécessiteraient une hospitalisation). Ce type d'accident serait en augmentation en période estivale.

Une enquête conduite sous la responsabilité de l'Institut de veille sanitaire (InVS), en collaboration avec l'association des vétérinaires comportementalistes de Zoopsy, s'est basée sur les études des services d'urgences de huit hôpitaux entre le 1er mai 2009 et le 30 juin 2010. «On doit garder à l'esprit que les caractéristiques de l'échantillon des personnes mordues ne permettent pas la généralisation des résultats à l'ensemble du territoire national», précisent les auteurs de ce rapport.

Enfants: les principales victimes
Il ressort toutefois que «les morsures étaient plus nombreuses et plus graves quand la victime connaissait le chien mordeur (78%). Chez les adultes, les morsures survenaient souvent lorsque la victime cherchait à séparer des chiens qui se battaient, alors que chez les enfants, les morsures survenaient davantage lorsque le chien était dérangé».

Les enfants seraient les premiers concernés. L'incidence annuelle des morsures ayant nécessité un recours aux soins a été estimée de 30 à 50 pour 100.000 enfants de 0 à 15 ans, selon l'enquête. «Chez les enfants les plus jeunes, les blessures sont plus nombreuses, plus graves et se situent souvent au niveau de la tête et du cou, ce qui peut entraîner des séquelles physiques, esthétiques et psychologiques.»

Pour prévenir ce type d'accidents, les actions de prévention se multiplient. Vétérinaires, éducateurs canins, voire «simples» passionnés de chiens entreprennent des journées de sensibilisation notamment dans les écoles ou les centres de loisirs, pour les jeunes et leurs parents (propriétaires ou nom d'un chien). Dans l'administration aussi, comme auprès des facteurs, entre autres. Trois à quatre d'entre eux seraient mordus chaque jour par des chiens lors de leur tournée.

doudoune
Membre
Membre

Féminin Poissons
Messages postés : 15460
Date d'inscription : 17/04/2007
Age : 44
Localisation : dordogne
Mon chien : ma labrador que j'aime
Sport canin ou activité : faire des calins toujours des calins


http://pitchounette1372.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Morsures de chiens : le flou des statistiques

Message  Invité le Jeu 19 Juil 2012, 01:18

doudoune a écrit:
Une enquête conduite sous la responsabilité de l'Institut de veille sanitaire (InVS), en collaboration avec l'association des vétérinaires comportementalistes de Zoopsy, s'est basée sur les études des services d'urgences de huit hôpitaux entre le 1er mai 2009 et le 30 juin 2010. «On doit garder à l'esprit que les caractéristiques de l'échantillon des personnes mordues ne permettent pas la généralisation des résultats à l'ensemble du territoire national», précisent les auteurs de ce rapport.
Cette enquête est disponible ici :
http://www.invs.sante.fr/publications/2011/morsures_chiens/index.html

Les statistiques sont floues tout simplement parce qu'une grande partie des morsures ne sont pas déclarées. De plus, des études étrangères mettent en avant certaines données qu'on ne retrouve pas dans cette étude... Donc impossible de généraliser.

Je ne sais pas si c'est vraiment utile de le savoir, mais bon... :o)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum