Liens commerciaux
Statistiques
Nous avons 25132 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est alija

Nos membres ont posté un total de 1405912 messages dans 56968 sujets



Les posteurs les plus actifs de la semaine
suerte
 
Peluche
 
tam
 
Savana&edjy
 
Jackson
 
Chabada
 
Educalins
 
ELITEMICHEL
 
Thomas77100
 
Gibelotte
 

Publicités

L'athrose, un mal de chien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'athrose, un mal de chien

Message  doudoune le Lun 05 Nov 2007, 01:20

DÉFINITION
L’arthrose est une maladie qui se manifeste par la dégradation progressive et irréversible d’une articulation.

L’arthrose est l’une des causes les plus fréquentes de douleur chronique chez le chien.
D’intensité variable, elle met, petit à petit, en péril la mobilité de l’animal.


1- ENVIRON 1 CHIEN SUR 5 TOUCHÉ PAR L’ARTHROSE
Tout comme ce qui est observé chez l’homme, l’arthrose du chien devrait voir sa fréquence augmenter car :

  • la population canine voit son espérance de vie augmenter
  • le poids moyen augmente (augmentation du nombre de moyennes et grandes races et augmentation du nombre d’animaux en surcharge pondérale).


2- L’ARTHROSE CANINE N’A PAS D’ÂGE
L’arthrose ne touche pas que les chiens âgés.
20% des chiens de plus de 1 an souffrent d’arthrose.
L’arthrose trouve son origine dans un déséquilibre entre les qualités du cartilage articulaire et les forces qui lui sont appliquées. A partir de là s’enclenche un cercle vicieux complexe menant à la dégradation de l’ensemble de la structure articulaire.
Aussi, si les signes sont plus fréquents chez le sujet d’âge mûr en raison de "l’usure anormale" du cartilage de certaines articulations, chez l’animal jeune, les lésions cartilagineuses (dues par exemple à un fonctionnement anormal de l’articulation) peuvent très vite évoluer en arthrose.

L'ARTHROSE CANINE EST-ELLE FATALEMENT LIÉE AU VIEILLISSEMENT ?
"Non ! L’arthrose ne correspond pas à un vieillissement normal de l’articulation, comme on le pense souvent. En effet, le cartilage, à partir duquel tout commence, ne dégénère pas sous le poids des ans, mais à cause de l’accumulation d’incidents divers, visibles ou non, plus ou moins intenses. A terme ils endommagent le cartilage (entorse, fracture, mais aussi surpoids, enflammation de l’articulation) et constituent le point de départ du phénomène arthrosique. A partir de ce principe, on comprend bien que l’arthrose, même si elle se rencontre plus fréquemment chez le sujet âgé, peut être diagnostiquée chez un animal plus jeune. Aujourd’hui, on estime à 20% le nombre d’animaux de plus de 1 an touchés par ce phénomène dégénératif chronique."







II- COMMENT DIAGNOSTIQUER L’ARTHROSE CANINE ?





Previous

Les animaux peuvent souffrir tout comme nous. Cependant, ce qui diffère entre l’être humain et les diverses espèces animales, c’est la façon d’exprimer la douleur.

1- CONSEILS PRATIQUES POUR IDENTIFIER LES SIGNES ÉVOCATEURS
De même que chez les enfants, la douleur chez l’animal est difficile à évaluer. Il existe des grilles d’évaluation pour estimer le niveau de douleur ressenti par l’animal. Ces grilles sont basées sur l’évaluation de signes comportementaux. Les signes observés peunvent être :

- des difficultés pour se lever après une période d’inactivité,
- une démarche raide après une période de repos,
- moins d’entrain à faire de l’exercice,
- boîture,
- refus de jouer,
- des difficultés à monter les escaliers, dans la voiture ou sur le canapé.

2 - L’EXPERTISE DU VÉTÉRINAIRE
L’examen de l’appareil locomoteur peut être réalisé en consultation de prévention (tous les ans) et surtout lorsqu’un problème de douleur ou de boiterie a été identifié.
Après avoir passé en revue l’historique médical de l’animal, le vétérinaire réalise un examen complet, un examen orthopédique comprenant l’observation de l’animal en mouvement et un examen rapproché (palpation, manipulation) des articulations suspectes.
Si nécessaire, une radiographie viendra compléter l’examen afin d’infirmer ou de confirmer les hypothèses.

Le vétérinaire est le seul habilité à mettre en place le plan de gestion adapté à chaque cas, comportant notamment l’utilisation de médicaments.
Si nécessaire, il peut aussi proposer un suivi médical renforcé qui, s’il est bien respecté, présente d’excellents résultats et permet à l’animal de gagner en mobilité et de retrouver des conditions de vie agréables.








III- COMMENT SOULAGER L’ANIMAL ?





Previous

Les traitements de l’arthrose sont nombreux et complémentaires mais malheureusement, aucun n’est capable de stopper la dégradation articulaire.
Bien connue de l’homme, l’arthrose est de mieux en mieux prise en charge chez l’animal.
On ne guérit jamais l’arthrose. L’objectif est donc de soulager l’animal et de limiter l’apparition des crises et leurs effets néfastes.
Face à cette problématique, de nouvelles molécules ont été spécifiquement développées pour le chien, dont la toute dernière a été lancée en 2005.

1- LES TRAITEMENTS ANTI-INFLAMMATOIRES
Les traitements anti-inflammatoires ont plusieurs effets.
Ils ont pour objectif de :
- soulager la douleur,
- aider le chien à retrouver sa mobilité,
- limiter les phénomènes d’inflammation articulaire qui sont une composante importante dans l’évolution du phénomène arthrosique.

Prévenir pour mieux soigner
La prévention est essentielle car la mise en place précoce d’un traitement adapté permet d’améliorer le confort de vie de l’animal.

2- LES CONDITIONS D’UN TRAITEMENT RÉUSSI
• L’importance de la durée du traitement
La durée totale du traitement peut paraître longue (plusieurs mois) car même si ce dernier agit rapidement et soulage l’animal en quelques jours, ce n’est qu’administré sur des périodes longues et continues qu’il permet de limiter l’inflammation articulaire et de gérer la douleur sourde et permanente qui est souvent difficilement détectable.
De plus, comme les crises altèrent de manière irréversible le cartilage, mieux vaut les prévenir que tenter de les apaiser.
La durée du traitement est fixée par le vétérinaire en fonction de l’état de santé de l’animal. Le traitement ne doit en aucun cas être interrompu sans avis médical et les contrôles proposés par le vétérinaire doivent être respectés.

• Le contrôle du poids du chien
Le surpoids est un facteur aggravant de maladie : l’augmentation ou l’excès de poids engendrent des contraintes mécaniques supplémentaires au niveau des articulations qui favorisent la destruction du cartilage et aggravent la maladie. Adopter un régime adapté est une mesure indispensable.
Les traitements anti-inflammatoires ont plusieurs effets.
Ils ont pour objectif de :
- soulager la douleur,
- aider le chien à retrouver sa mobilité,
- limiter les phénomènes d’inflammation articulaire qui sont une composante importante dans l’évolution du phénomène arthrosique.

• Le maintien d’une activité physique modérée mais régulière
L’absence d’activité ou le manque d’exercice sont aussi nuisibles pour le chien que l’excès et favorisent le développement de l’arthrose.
Un exercice modéré mais régulier maintient l’articulation en mouvement, ce qui est vital pour la santé articulaire.

  • Faire quotidiennement de courtes promenades. La durée et le parcours sont à adapter afin de ne pas induire de douleur trop importante après l’exercice
  • Eviter les exercices violents, tant en qualité (par exemple sauter) qu’en quantité (promenade trop longue)
  • Alterner exercices et périodes de repos
  • La natation est intéressante car elle permet de faire bouger l’articulation, sans contrainte de poids


3- DES TRAITEMENTS DE PLUS EN PLUS EFFICACES
A ce jour, les produits de référence les plus utilisés pour traiter l’arthrose canine sont les anti-inflammatoires non stéroïdiens préférentiels (appelés par les professionnels «AINS »).
Malgré leur efficacité, ils peuvent induire des troubles digestifs (dont les plus connus sont diarrhées ou vomissements), à tel point qu’il est nécessaire parfois d’interrompre le traitement.
Néanmoins, les vétérinaires disposent aujourd’hui d’une nouvelle alternative dans la catégorie des AINS.

Un rapport bénéfice / risque optimisé
Ainsi une nouvelle catégorie d’AINS est apparue : les coxibs, qui se concentrent sur les phénomènes inflammatoires et douloureux.
Merial, société exclusivement vétérinaire et leader français en santé animale, est impliqué depuis de nombreuses années dans la problématique de la douleur animale. Depuis une dizaine d’années, ses équipes se sont concentrées sur la Recherche et le Développement d’une molécule conçue exclusivement pour le chien, très efficace et plus sûre d’utilisation. Ce programme a abouti en 2005, à la commercialisation d’une nouvelle spécialité au rapport bénéfice-risque très intéressant : un anti-inflammatoire très efficace, aux effets secondaires réduits au minimum sur le plan digestif.

"Notre médicament est le tout premier et, à ce jour, le seul coxib hautement sélectif enregistré en Europe pour le marché vétérinaire. Cette molécule anti-inflammatoire de nouvelle génération (le firocoxib), a été sélectionnée parmi plus de 3 000 pour ses caractéristiques d’efficacité et de sécurité d’utilisation chez le chien.
Le fonctionnement du firocoxib permet un net progrès dans le contrôle de la douleur et de l’inflammation car il cible directement l’enzyme dite la COX 2 responsable des phénomènes inflammatoires arthrosiques et préserve la COX 1 impliquée dans la protection du tube digestif. C’est ce mécanisme spécifique de préservation de la COX 1 qui réduit le risque d’effets indésirables digestifs. Par conséquent, nous permettons aussi de réduire la crainte qui a longtemps limité l’utilisation des AINS pour gérer l’arthrose. D’autre part, afin de rendre plus facile l’administration de notre anti-inflammatoire par les propriétaires d’animaux arthrosiques, nous l’avons développé sous la forme de comprimés appétents. Pour résumer, nous pouvons dire que cette innovation apporte une efficacité remarquable par sa rapidité et sa puissance d’action, associée à une très bonne tolérance et à une bonne facilité d’administration. Nous pouvons envisager en toute quiètude la mise en place de traitements sur le long terme."
Agnès VIDAL, chef de produits Merial


Les coxibs :
une innovation dans le traitement de la douleur

Comme le montrent les différentes études cliniques, la découverte des coxibs marque un réel progrès dans le traitement de la douleur et de l’inflammation associées à l’arthrose du chien. Les études réalisées au niveau mondial ont confirmé un soulagement très rapide de l’animal et qui se renforce au fur et à mesure de la durée du traitement : récupération de la mobilité, reprise de l’entrain, retour de la vivacité de l’animal.
Par ailleurs, les comprimés sont appétents et la posologie très simple (souvent 1 comprimé par jour, parfois un demi comprimé par jour, selon le poids de l’animal, la posologie devant impérativement être indiquée par le vétérinaire traitant).

doudoune
Membre
Membre

Féminin Poissons
Messages postés : 15460
Date d'inscription : 17/04/2007
Age : 44
Localisation : dordogne
Mon chien : ma labrador que j'aime
Sport canin ou activité : faire des calins toujours des calins


http://pitchounette1372.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum